En lecture
CiremyxX : “Il y a beaucoup de similarités entre l’e-sport et les qualités d’un athlète”

CiremyxX : “Il y a beaucoup de similarités entre l’e-sport et les qualités d’un athlète”

Étudiant lillois en master 2 de droit, CiremyxX est aussi streamer et joueur semi-professionnel du jeu Trackmania² Stadium. À 23 ans, il parvient à allier ses études à sa passion : le jeu-vidéo de course popularisé par le streamer ZeratoR. Le Pépère News l’a rencontré pour en savoir un peu plus sur lui ainsi que sur sa vision de l’e-sport et de Trackmania.

Pépère News : Peux-tu d’abord te présenter ?

CiremyxX : Je suis CiremyxX, j’ai 23 ans, ça fait trois ans que je stream presque tous les jours du Trackmania sur Twitch. Je suis spécialisé dans tout ce qui est pédagogie, c’est-à-dire expliquer le jeu aux gens. J’organise également des tournois, je participe à des compétitions, pour faire vivre la scène e-sportive. Ça fait cinq ans que je joue à Trackmania et en compétitif depuis trois ans. Pour donner une idée, je suis à peu près autour du niveau semi-pro : juste en-dessous des professionnels.

PN : Pour ceux qui ne connaissent pas, comment expliquerais-tu le jeu Trackmania² Stadium ?

CxX : Trackmania est un jeu de course. Ce n’est pas difficile à comprendre : si tu termines premier t’as gagné. C’est pour moi un des jeux e-sport les plus difficiles à maîtriser au monde. Pour chaque compétition, on est autour des 100 heures d’entraînement, en plus des milliers d’heures que chaque joueur a déjà sur le jeu. Moi je peux facilement estimer mes heures de jeu à 4500 alors que je suis seulement semi-pro, il y a des gens qui jouent depuis qu’ils ont 4 ans ! C’est dur de faire son trou sur Trackmania, le jeu est très élitiste.

PN : Qu’est-ce qui te donne autant envie de t’investir dans le jeu ?

CxX : Je m’investis beaucoup autour du jeu. J’ai commenté pas mal de compétitions, j’ai organisé des événements comme l’Alien & Casual Trackmania Cup (A&C) pour que professionnels comme débutants puissent jouer ensemble sur une journée de compétition. Je veux transmettre ce que je sais du jeu dans mes streams. J’essaye de porter plusieurs casquettes même si je me contente surtout de jouer en ce moment. Je continue à organiser des compétitions mais je m’investis plus en tant que joueur pour élever mon niveau.

PN : Quelle est ta définition de l’e-sport ? Vois-tu des points communs ou des différences avec le sport ?

CxX : Je trouve ça difficile de parler d’e-sport dans le sens d’athlète car l’e-sport est tourné vers le public et non vers les compétiteurs. Les systèmes e-sportif sont adaptés pour plus d’argent, plus de visibilité, parfois au détriment des joueurs. Il faut satisfaire les 1% qui jouent en compétitif mais ne pas exclure les millions de personnes qui rapportent de l’argent au jeu et qui permettent de développer l’e-sport. C’est assez difficile aujourd’hui, mais je définirais l’e-sport comme de grosses performances, qui sont développées par les éditeurs pour amener de la visibilité.

Il existe quand même des points communs avec le sport, notamment sur la préparation des joueurs. Ils sont encadrés, ont une hygiène de vie contrôlée, des centres de remise en forme… On retrouve un mental dans le jeu vidéo en compétitif et un niveau mécanique qui est assez incroyable. Il y a pas mal de débats sur l’e-sport aux Jeux Olympiques. Je trouve qu’il y a beaucoup de similarités entre l’e-sport et les qualités d’un athlète, à la différence que ce sont le mental et la réactivité cérébrale qui sont sollicités sur les jeux vidéos plutôt que l’effort physique. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’e-sport doit avoir sa place aux JO, ce n’est pas à moi de trancher la question.

PN : Que penses-tu de la scène e-sport Trackmania actuelle ? Comment la vois-tu évoluer ?

CxX : Il y a quelques années, le jeu a connu une très bonne période puis une grande pente descendante mais ZeratoR [streamer qui organise des Trackmania Cup tous les ans, ndlr] a permis de le faire remonter sur le devant de la scène. De grands joueurs ont émergé, j’ai moi-même découvert le jeu avec la ZrT Cup 2 en 2014. C’est le plus grand tournant que le jeu ait connu. Selon moi, il se dirige aujourd’hui vers la seule visée possible e-sportive qui n’exclut quasiment aucune communauté. On a beaucoup plus de gens qui jouent et qui suivent les compétitions car il y a plus de spectacle [comme à la ZrT Trackmania Cup, ndlr].

Je pense que le jeu n’a jamais été dans une aussi bonne voie. Il y a de nombreuses structures qui arrivent dessus, comme Gamers Origin qui est là depuis quelques années, Solary l’année dernière, ou Lunary cette année. On a une vraie professionnalisation de l’e-sport sur Trackmania avec des joueurs qui sont sous contrat et payés pour jouer au jeu.

PN : Cette année, tu vas à Bercy ?

CxX : Ouais cette année Bercy pour la finale de la Zrt Trackmania Cup ! En tout cas je vais tout donner pour, ça c’est sûr. C’est une des raisons pour lesquelles je joue beaucoup au jeu en ce moment. J’ai du niveau à gagner pour pouvoir aller à Bercy. Je vais tout donner et on verra bien.

 

Propos recueillis par Gabin Grulet

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
  • Tous les articles écrits par la rédaction du Pépère News ou par des pigistes extérieurs au média sont répertoriés ici !

Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR