En lecture
“Dérapages” avec Eric Cantona, plongeon brutal dans le quotidien des chômeurs

“Dérapages” avec Eric Cantona, plongeon brutal dans le quotidien des chômeurs

Eric Cantona Dérapages

La nouvelle mini-série d’Arte Dérapages a suscité de nombreuses réactions depuis sa sortie le 23 avril dernier. Menée par un fabuleux Eric Cantona, l’adaptation du roman Cadres noirs de Pierre Lemaitre est un véritable thriller social à découvrir à tout prix. 

Après six ans de chômage, Alain Delambre est fatigué et en colère. On l’a licencié de son poste de DRH car il était trop vieux et depuis, il peine à rebondir. Jusqu’au jour où l’espoir renaît : on lui propose à nouveau un poste dans une entreprise de renom. Il est prêt à tout pour renouer avec l’emploi, même si cela signifie participer à un étrange jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otage. Le problème c’est qu’on lui a menti : les dès sont pipés, il n’obtiendra jamais le poste. Furieux, il va vouloir enrayer le système qui lui a fait tant de mal.

La violence dans toute sa splendeur

A travers Dérapages, on assiste à la descente d’Alain vers les abîmes. Son esprit et son corps sont marqués par la précarité. Il souhaite être écouté, que l’on comprenne sa situation qui lui pèse depuis six longues années. Bien que la situation soit ici extrême, la mini-série représente le ras-le-bol des chômeurs, leurs conditions parfois invivables et insupportables. Alain est à la fin de la chaîne de production, la dernière pièce que tout le monde rejette. A cause de son âge, il est marginalisé, considéré comme un moins que rien. À la réalisation, Ziad Doueiri dénonce la violence d’un système déshumanisé qui essore les individus jusqu’à l’épuisement physique et mental.

Un casting très convainquant mené par Eric Cantona

Le “King” de Manchester United a trouvé dans cette adaptation un rôle sur mesure. Colérique, franc et provocateur à souhait, Alain Delambre pourrait tout à fait être une des nombreuses facettes de l’ancien joueur des Red Devils. À ses côtés, l’actrice Suzanne Clément (Mommy) joue à la perfection une épouse meurtrie par les choix de son mari. Alex Lutz incarne un excellent PDG sans cœur et jupitérien, et c’est à se demander s’il y a un rôle que cet acteur ne pourrait pas savoir jouer. À la fin du sixième épisode, Eric Cantona et sa bande nous laissent dans un suspens qui donne envie d’une saison 2. Cependant, cela ne devrait pas arriver pour cause de désaccord de casting entre le réalisateur et le scénariste Pierre Lemaitre. On finit donc sur une admirable et unique première saison.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre