En lecture
Des interclubs athlétiques 2.0

Des interclubs athlétiques 2.0

LMA interclubs

Pour tout athlète, le mois de mai rime avec interclubs. L’athlétisme, sport individuel par excellence, devient alors, le temps de deux week-ends, un sport d’équipe. Coup de projecteur sur une édition 2020 bouleversée.

Courses de mascottes, déguisements, tam-tams, bombes de couleur, maquillage, dépannage sur des épreuves qui ne sont pas les siennes. L’apothéose : la mythique fosse de steeple, dans laquelle les corps souvent brûlants des athlètes et des coachs viennent se jeter, avec les rires et les cris en toile de fond. Bienvenue dans l’univers des interclubs.

Cette compétition si particulière constitue, pour nombre d’athlètes, les meilleurs souvenirs. Antoine Poty, lanceur de javelot du Lille Métropole Athlétisme (LMA), nous confie : “Les interclubs sont l’occasion de pouvoir mettre en commun un travail individuel et de passer un bon moment entre amis. Le tout avec les encouragements d’une équipe. Ça booste les performances”. Un regard que partage Thibaut Terrier, demi-fondeur, qui participe aux interclubs depuis quatre ans  : “C’est pour moi l’une des meilleures compétitions de l’année. Le 4×400 mètres, c’est incroyable ! Tout le monde descend sur la piste, pour encourager. Tu vois ces personnes alignées, hurlant à pleins poumons, ça te donne la rage de gagner et de pouvoir fêter ça avec l’équipe.” Esther Dreumont, grande habituée des interclubs et coureuse de 400 mètres, va même plus loin : “C’était l’événement que j’attendais le plus quand j’étais athlète. Mes premiers interclubs sont mon meilleur souvenir : le bizutage et le stress de bien faire pour l’équipe.”   

Mascotte LMA
La mascotte du LMA. © Jean-Noël Adrien Ascencio

Un pour tous, tous pour un ! 

Le principe est simple, chaque athlète peut s’aligner sur deux épreuves, qui n’appartiennent pas à la même famille (course, lancer, saut) et un relais. Chaque performance donne un équivalent de points. Les clubs sont contraints d’aligner deux athlètes féminins et masculins par épreuve, soit un total de 74 places à combler. Un athlète manquant est alors synonyme de “trou” et zéro pointé sur la discipline. Si, pour les plus petits clubs, le casse-tête est de “boucher les trous”, les plus grands cherchent, eux,  à maximiser leur nombre de points. Ainsi, on peut retrouver un Renaud Lavillenie, ex-recordman du monde de la perche, sur le 110 mètres haies et à la longueur. Didier Baudoin, directeur sportif du LMA, témoigne de cette stratégie : “C’est une préparation qui prend un an, mais nous sommes sur une visibilité à moyen terme de 3 à 4 ans. L’organisation est essentiellement faite par les responsables de spécialités, en lien avec les entraîneurs et le directeur sportif qui coordonne l’ensemble et prend les décisions dans le domaine sportif : soit un total de 20 personnes.”

Les clubs, à travers la France, sont positionnés dans différentes poules : régionale, nationale et élite. Deux tours sont organisés. Le premier fait office de tour de chauffe. Au terme du second, les classements sont connus et un système de montées et de descentes est mis en place. Le club gagnant de la poule Elite 1 est, alors, désigné champion de France. Le LMA évolue en Elite 1 depuis 2006 et compte, ainsi, parmi les huit meilleurs clubs français.

Au-delà de la performance sportive, les interclubs soulèvent l’enjeu des retombées financières, comme le souligne Didier Baudouin : “Les interclubs sont l’objectif numéro un du club car c’est notre vitrine pour les élus, une position sportive pour le club à défendre, qui a vocation à être le plus compétitif possible et, enfin, une stratégie globale pour fédérer un maximum de nos licenciés.”

Interclubs LMA
L’équipe du LMA à Calais, lors des interclubs 2019. © Jean-Noël Adrien Ascencio

Des interclubs virtuels 

Le premier tour devait se dérouler le dimanche 3 mai à Bruay-la-buissière pour le LMA. La pandémie de coronavirus a mis en suspend les compétitions jusqu’à fin juillet, et n’a pas épargné cette grande fête de l’athlétisme. Pour combler le vide que ressentent les athlètes, entraîneurs et organisateurs, le média Stadion, organise des interclubs d’un tout nouveau genre. À défaut de se retrouver sur la piste d’athlétisme, le rendez-vous se fera sur les réseaux sociaux. Les interclubs 2020 seront ceux de la virtualité ! Le principe est simple : du 4 au 17 mai, l’élection du meilleur club Elite se fera par les internautes sur le site du média. Cette fois, le club gagnant ne sera pas celui qui comptabilisera le plus de points mais le plus de clics. Thibaut Terrier nous confie son point de vue. Je trouve l’idée des interclubs virtuels excellente, ça permet à tous les athlètes déçus par l’annulation des interclubs et par une saison assez compliquée de pouvoir défier les autres clubs et supporter son club pour la victoire, par un système de vote. C’est une manière ludique de les remplacer.” Un sentiment partagé par Esther Dreumont : “Les interclubs en ligne, c’est une super idée. On garde l’esprit d’équipe et, même à distance et sans groupe, le sport a une grande importance dans nos vies”. La sprinteuse défendra les couleurs de son club pour la huitième fois cette année. 

Quinze clubs s’affronteront. Les trois meilleures équipes de la finale 2019 ont été désignées en tête de série et les douze autres clubs, tirés au sort. Leur point commun ? Ils évoluent tous en Elite 1 et 2 aux interclubs. A l’instar d’un tournoi, tous les clubs débuteront en huitième de finale, exceptée la Haute Bretagne Athlétisme, directement qualifiée pour les quarts, suite à l’abstention du club qu’elle devait rencontrer. Puis, ils s’affronteront deux par deux, le gagnant se qualifiant pour le tour suivant. Deux clubs représenteront la région, le Lille Métropole Athlétisme, qui confrontera le Nice Côte d’Azur Athlétisme le 5 mai, et L’Amiens AC, qui rencontrera l’Athlé 91 le 9 mai. La grande finale se déroulera le dimanche 17 mai, l’annonce du vainqueur, le lendemain. 

Ici, les dates, horaires et lien pour participer.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
1
Hilarious
0
In Love
0
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page

Malgré un petit ralentissement estival, votre média étudiant vous accompagne au mieux !‬

‪Du 1er juillet au 16 août inclus, la rédaction part en vacances... MAIS vos "Rembobinages" hebdomadaires d’actu continuent sur Instagram et on vous promet de vous faire voyager à distance !

X