En lecture
Le Président a présenté sa deuxième vision pour la République

Le Président a présenté sa deuxième vision pour la République

Emmanuel Macron s’est exprimé lors d’une conférence de presse pour annoncer les mesures prises à l’issue du Grand Débat National, avec une volonté : renforcer “l’art d’être Français”. Voici ce qui était attendu et les surprises concernant les annonces qui viennent d’être faites.

Une conférence de presse depuis l’Elysée

C’est ce soir que le chef de l’Etat a décidé de s’exprimer, lors d’une conférence de presse, la première de son quinquennat. Un exercice qu’il apprécie peu, contrairement à ses prédécesseurs François Hollande ou Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, le président n’entretient pas d’excellentes relations avec les journalistes.

Ce que l’on attendait

Emmanuel Macron aurait été “furieux” que les mesures qu’il s’apprêtait à annoncer le 15 avril dernier aient fuité. Peut-être pas tant que ça, relativisaient alors ses proches, voyant en cet événement une occasion parfaite pour tester la popularité de ces dernières.

  • La fiscalité, un point essentiel parmi les souhaits du président : une  baisse de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes et le retour de l’indexation des retraites de moins de 2 000 euros sur l’inflation à compter du 1er janvier 2020 auront bien lieu.

Emmanuel Macron s’est dit “favorable” à ce que des référendums d’initiative citoyenne (RIC), réclamés par les “gilets jaunes”, “puissent être organisés sur certains sujets d’intérêts locaux. Il est également favorable à ce qu’on puisse rendre plus accessible le référendum d’initiative partagée, en simplifiant les règles, avec un seuil revu à la baisse (1 million de citoyens).

Le président s’est déclaré partisan d’une réforme dans “la formation, la sélection, les carrières” des hauts fonctionnaires. Quid du recrutement ? De la formation ? Emmanuel Macron souhaite une plus ample ouverture au monde académique, à la recherche, au monde universitaire… “Nous devons gérer très différemment les carrières de nos hauts fonctionnaires” a-t-il précisé avant d’ajouter : “Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps, qui bénéficient d’une trop grande protection à vie”. En revanche, la suppression de l’ENA n’a pas été confirmée, même si le chef de l’État y pense.

Pour ce qui est des retraites, Emmanuel Macron est resté plutôt évasif – affirmant tout de même que l’âge légal de départ resterait à 62 ans -, des réponses seront apportées dès cet été.

De nouvelles mesures

Le chef de l’État a fixé une ligne claire : “changer notre démocratie, notre organisation et notre administration. Notamment à travers une représentation de nos concitoyens plus efficace.” En premier lieu : les maires, dont les rôles seront confortés. A également été annoncé la reconnaissance d’une part significative de proportionnelle (autour de 20%) avant d’évacuer le RIC (à échelle nationale), ainsi que la reconnaissance du vote blanc et l’instauration du vote obligatoire.

Voir aussi

  • “Remettre l’humain au cœur de notre projet” c’est peut-être la citation phare parmi les annonces du président, puisqu’au sein du conseil social économique et environnemental, 150 citoyens seront tirés au sort pour composer une “commission de participation citoyenne” dont la première mission portera sur la transition écologique. De ces travaux, leur restitution et les propositions seront soumises “sans filtre” au vote ou au référendum.
  • “Redéfinir un nouveau pacte territorial” , “réconcilier la métropole, la ville moyenne et le rural” notamment à travers une action sur le terrain repensée. Pour l’exemple, Emmanuel Macron s’est inspiré du Canada. Il souhaite développer des “Maisons France Services” dans tous les cantons, dans lesquelles chaque citoyen pourrait “trouver réponse à ses questions”, entre autres pour l’accompagnement dans toutes les démarches administratives.

Pour ce qui est de l’accompagnement, Emmanuel Macron souhaite mieux faire, “dès la petite enfance”. Pour cela : revaloriser les postes d’enseignants en améliorant leurs formations, se préoccuper davantage des “décrocheurs” scolaires mais aussi trouver d’autres pistes de formations pour les jeunes, avec là encore un meilleur accompagnement en matière de logement et de transport.

  • Un pacte productif visant “le plein emploi d’ici 2025.” Pour ce faire, un agenda des transitions avec des objectifs, des normes et une “mobilisation financière et des acteurs nécessaires à leur réalisation” précise le président.

Enfin, le chef de l’État veut “repenser Schengen” et a affirmé la volonté de mettre fin aux individualismes, en comptant sur la valorisation du monde associatif et en comptant sur les présupposés bienfaits du Service National Universel.

Le président avait promis des réponses, maintenant voici des chantiers. Reste à savoir si ces annonces seront jugées suffisantes et réussiront à apaiser la crise sociale qui sévit depuis novembre. Deux questions se posent : est-ce la fin du “en même temps” ? Les Français sont-ils prêts et disposés aux changements annoncés par le président ? Emmanuel Macron veut en tout cas pousser “chaque Français à donner le meilleur de lui même.”

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page