Premier marathon numérique à Lille pour transformer le monde de demain

Jeudi 5 mars, c’est le lancement du premier hackatech à Lille. Mené par l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria), l’évènement est aussi soutenu par plusieurs partenaires : Décathlon, OVH Cloud ou encore l’Union Européenne.  

Durant trois jours, les cent-trente participants vont repousser leurs limites pour développer des innovations numériques. Le but est de résoudre les grands défis du XXIème siècle. À la clé de ce marathon, un accompagnement Inria pour lancer sa startup et des dotations financières. Mireille Régnier, directrice du centre Inria Lille, précise qu’elle veut « être émerveillée » par les projets. « Nous sommes à un moment clé de notre histoire pour l’innovation », poursuit Sam Dahmani, délégué général de l’association French Tech Lille.

L’heure a sonné

19 heures, c’est le grand départ à la Chambre de commerce de Lille. Les équipes se forment autour des dix-huit idées pilotées par les meneurs. Parmi elles, ItOpiVo qui permet de générer des synthèses de contributions citoyennes et clientèles. Dans un autre registre, OctoPlus propose un bras articulé pour aider les personnes handicapées dans leurs déplacements. Les participants sont de vrais innovateurs : ingénieurs, informaticiens, mathématiciens ou statisticiens. Les concurrents s’installent pour débuter leur brainstorming. 

L’équipe d’Axiome est en pleine effervescence. Il s’agit d’un chatbot éducatif pour accompagner les élèves dans leur apprentissage des mathématiques. « Le numérique est une source de motivation pour les jeunes pour qui les instruments de l’école deviennent de plus en plus obsolètes » déclare Yassine Esmili, porteur du projet. Pour gagner en efficacité, l’équipe se sépare en deux groupes. D’un côté, le développement technique, de l’autre, l’étude du marché et des stratégies marketing. Yassine est entouré de profils variés : deux doctorants en intelligence artificielle, un data-analyste, un développeur Web, un ingénieur, une chargée en communication et un marketeur. Des schémas sont dessinés au tableau, les idées circulent et se concrétisent dans une ambiance chaleureuse et dynamique. Cette phase de réflexion va durer 54 heures et se terminer par un pitch devant le jury, samedi soir.

Le dénouement final

Il est 21 heures quand les présentations se terminent. Les dés sont jetés : le jury vient de délibérer. Les neuf professionnels du numérique et de la recherche ont attribué leurs prix. ItOpiVo remporte l’un des deux challenges libres et OctoPlus le Grand prix du Jury. Après avoir exulté de joie, c’est le début d’une nouvelle aventure. Une pointe de déception se dégage sur les mines fatiguées des autres participants. Axiome a tout de même séduit par son originalité et ses valeurs. Il a été repéré par des membres du jury et bénéficiera d’un accompagnement Inria dans son développement.

Au-delà des enjeux professionnels, ce premier hackatech a multiplié les rencontres et les échanges. Sans se connaître, les intervenants ont construit des projets ensemble, la camaraderie a pris le pas sur le côté technique. Julie Lattès, responsable communication de l’événement souligne l’aspect pluridisciplinaire et « l’énergie folle des participants ». D’autres hackatechs vont se développer en France, notamment à Rennes, prévu dans quelques mois.

Emma Confrère

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
Hilarious
0
In Love
12
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page