En lecture
Rattrapages : Team America, une comédie d’action sans limite

Rattrapages : Team America, une comédie d’action sans limite

Team America affiche

Prenez des marionnettes, imaginez des décors impressionnants dans lesquels évoluent des personnages graveleux satiriques. Ajoutez-y une bonne dose de patriotisme américain outrancier, un humour noir jusqu’au-boutiste et des réalisateurs/scénaristes en roue libre, dont le talent n’est plus à prouver. Et vous obtenez l’étrangeté qu’est Team America : Police du monde.

Écrite par Trey Parker, Matt Stone et Pam Brady (les créateurs de South Park), Team America est une comédie d’action sortie en 2004. Le film met en scène la bataille entre une unité d’élite américaine et un dictateur mégalo qui s’apprête à livrer des armes de destruction massive à une organisation terroriste. Peu original jusque-là, le film touche au sublime lorsqu’on sait que tous ses protagonistes sont en fait… de simples marionnettes.

Magnifiquement construit

La première qualité qui saute aux yeux dès les premières secondes de l’introduction, est le soin apporté aux effets pratiques. Les décors et marionnettes sont sublimes, fourmillant de détails et d’histoires. N’allez pas chercher quelconque font vert ou effet numérique, car le budget conséquent de 30 millions de dollars a quasi intégralement été investi dans la fabrication d’immenses maquettes. Cet amour profond de la fabrication artisanale fait que le film n’a, 15 ans après sa sortie, toujours pas pris une ride.

TeamAmerica1
Les auteurs n’ont aucun scrupule à faire exploser ces sublimes décors ! © United International Pictures

Ce travail de titan est en partie l’œuvre de Jim Dultz, le chef décorateur, déjà auteur dans la célèbre série TV des Muppets en 1996. Habitué des marionnettes et des décors en carton-pâte, il apporte ici un savoir-faire dont les personnages avaient besoin pour avoir une chance d’exister à nos yeux. Parvenir à rendre crédible quelque chose qui, de toute façon, ne peut pas l’être, voilà une des plus grandes réussites du film.

Les décors ne sont pas là pour créer une blague, mais un monde tangible auquel on peut croire. Ils témoignent d’une histoire, ont un sens et nous connectent émotionnellement avec les personnages. – David Rockwell, consultant visuel.

Et effectivement, le choix des marionnettes n’est pas vite abandonné ou pris comme une simple originalité vaine, mais se révèle être un véritable parti-pris qui compose le récit, transforme la réalisation et est au centre de tout le processus technique. Les auteurs connaissent par cœur les codes du cinéma et réussissent à se les approprier et à jouer avec brillamment.

Drôle et sans limite

Mais au-delà de ses indéniables qualités techniques, ce qui fait de Team America un classique immédiat est sans aucun doute sa liberté absolue. Une liberté de ton et de propos qui est assez courageuse pour être soulignée. En plongeant dans la caricature absolue, le film parvient à traiter intelligemment des sujets comme l’impérialisme américain, le totalitarisme coréen (Kim Jong-il à l’époque), les conséquences de la guerre et le terrorisme, moins de 3 ans après le 11 septembre.

Mais il porte aussi une critique sur un thème plus rare : les dégâts provoqués par certaines personnalités bien-pensantes. Qu’on y soit sensible ou non, c’est au moins un point de vue original qui permet de se délecter d’un Alec Baldwin extrémiste, d’un Georges Clooney complotiste ou encore d’un Matt Damon complètement stupide. Eux aussi sont raillés et ridiculisés, faisant de ce film une caricature très politique, mais pas partisane. À ce niveau, il surpasse de loin toutes ces comédies contemporaines bas-de-gamme finalement plus vaines que subversives.

Team America équipe
Une escouade d’élite cliché très américano-centré. © United International Pictures

Un humour qui va trop loin ?

Mais alors qu’est-ce qui fait que ce film aux apparences de nazi sur pattes, est en fait beaucoup plus inoffensif et respectueux que les derniers méfaits de notre Christian Clavier national ? La réponse est simple : son propos. Car le propos d’un film se cache parfois derrière ses images ou ses paroles, et à aucun moment, ce film ne donne de crédit ou ne sert de pamphlet à qui que ce soit.

Dans un film comme À bras ouverts, le problème vient du fait qu’on ne se moque pas des racistes, mais qu’on rigole avec eux. Dans Team America on rigole de tout le monde sans distinction ni exception. De plus, il est important de voir ce film aujourd’hui dans le contexte des récentes (et ridicules) polémiques qui entourent les films Énorme et Mignonnes. Une partie du public à tendance à ne plus faire la distinction entre ce qu’un film montre et ce qu’il en dit. Confondant illustration et propos, certains condamnent trop rapidement des œuvres pour ce qu’elles ne sont pas.

Pour en revenir à Team America, on pourrait argumenter sur un troisième quart un peu mollasson et l’intrigue qui finit par devenir assez prévisible. Mais ce serait vraiment faire le rabat-joie que de bouder son plaisir devant un film si généreux, inventif et original.

Team America est disponible sur la plateforme AmazonPrimeVideo.

Rédacteur(s)

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre