En lecture
Confinement : comment ne pas en tomber malade ?

Confinement : comment ne pas en tomber malade ?

Quelle étrange soirée que celle du lundi 16 mars ! Les yeux rivés sur nos écrans, nous avons écouté attentivement le discours d’Emmanuel Macron. Quel sera notre sort pour les prochains jours face à cette épidémie de Covid-19 ? Après avoir martelé sept fois que « nous sommes en guerre », le Président nous avait annoncé, sans grande surprise, que nous serions confinés pour un minimum de deux semaines (désormais prolongé de deux semaines supplémentaires). Alors comment ne pas déprimer pendant le confinement ? Et surtout que faire pendant cette longue période ?

Penser positivement

C’est une période où on va s’ennuyer, s’inquiéter, alterner les fous rires incontrôlés, les crises de larmes, les disputes avec notre mère pour savoir qui a mangé le dernier yaourt à la fraise. Mais c’est aussi du temps que nous avons, du temps pour s’occuper. Certes, l’être humain ne se plait pas dans l’ennui, mais c’est un des meilleurs moyens pour se développer intellectuellement. On réfléchit, on peut créer, se cultiver, se reposer, s’amuser.

Enfin, le meilleur moyen d’accepter cette situation est de comprendre que nous n’avons de toute façon pas le choix et qu’il s’agit ici d’un intérêt général. Nous sommes tous confinés, et pour une fois notre malheur ne dépend pas (vraiment) de nous. Rousseau, qui a lui aussi été confiné à Gênes en 1743, disait par ailleurs dans Confessions : « Comme un nouveau Robinson, je me mis à m’arranger pour mes vingt-un jours comme j’aurais fait pour toute ma vie. » Il distingue ce qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas et s’accommode de ce qui n’en dépend pas.

Être confiné c’est aussi avoir enfin le temps qu’on n’a pas eu pour faire tout ce qu’on a toujours repoussé. Alors voilà une liste non exhaustive de petits trucs à faire :

Apprendre

Une nouvelle langue avec les nombreuses applications qui existent (Duolingo, Babel, Speekoo), mais aussi la langue des signes (avec l’apllication Elix). C’est aussi l’occasion de retenir les capitales du monde, les noms d’acteurs et de réalisateurs pour ne plus se retrouver à dire que vous ne connaissez pas ce “film super avec Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot …”. Alors que si, vous avez vu une centaine de fois Les bronzés font du ski. Il est aussi important de continuer à se cultiver en regardant des reportages, ou avec une très bonne application gratuite une semaine : Le Monde Mémorables. Enfin le confinement libère votre âme d’artiste et il est temps d’apprendre un instrument ou s’entraîner avec celui qu’on connait déjà.

Perdre ses mauvaises habitudes

En commençant par garder la ligne en faisant du sport et en mangeant mieux. Après 8 mois de pâtes et semi-plats douteux vous allez avoir le temps de cuisiner alors mettez vous y maintenant ! On peut aussi dire adieu à nos vices étudiants en faisant une pause d’alcool et en arrêtant ou diminuant la cigarette. Forcément quand on sort régulièrement on fume plus. Limiter ses contacts sociaux, c’est aussi limiter son envie de fumer. Surtout dans cette période de maladie, n’allons pas nous rajouter d’autres problèmes de santé ! Et puis, on y pense moins mais il serait temps d’arrêter de se ronger les ongles. Bah oui, si vous continuez, votre quarantaine risque d’être pimentée d’un petit Covid-19.

Lire des livres pour s’évader de son 20 m2

  •  “L’Ombre du Vent” de Carlos Ruiz Zafon, raconte l’histoire d’un petit garçon qui part en quête obsessionnelle de l’auteur mystérieux de son livre préféré.
  • La vie en sourdine” de David Lodge, dans lequel on découvre un professeur qui a des problèmes d’ouïe, tout cela sur le ton de l’humour.
  •  “Le lièvre de Vatanen” d’Arto Paasilinna ou comment découvrir les grands espaces et les forêts de Finlande au rythme d’un lièvre.
  •  “L’île aux trésors” de Stevenson, à la fois un chef d’œuvre de la littérature et une invitation à l’aventure, au dépaysement.

Découvrir de nouvelles musiques qui donnent le sourire

Tenir des carnets

Très en vogue en ce moment : le carnet de bord du confiné. Racontez vos journées palpitantes à traîner en jogging et à lire le Pépère News, vos futurs petits-enfants seront impressionnés. Et pour penser plus loin : le carnet d’après-confinement, avec toutes les choses que vous voulez faire en sortant du confinement (expériences nouvelles ou tout simplement ce qu’il vous manque en ce moment) mais aussi toutes les habitudes que vous voulez garder.

Enfin notre activité principale étant désormais de dormir : le carnet de rêves (en essayant de les décrypter). Notre deuxième activité principale étant de penser, aidez-vous des auteurs avec le carnet de citations et de poèmes positifs. Une idée pour commencer  : “ La nuit n’est jamais complète” de Paul Eluard :

La nuit n’est jamais complète.

Il y a toujours puisque je le dis,

Puisque je l’affirme,

Au bout du chagrin,

une fenêtre ouverte, 

une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille

désir à combler,

faim à satisfaire,

un cœur généreux,

une main tendue,

une main ouverte,

des yeux attentifs,

une vie : la vie à se partager.”

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
1
Hilarious
0
In Love
0
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page