En lecture
La manufacture : a labour of love

La manufacture : a labour of love

La manufacture a labour of love

Jusqu’au 8 novembre prochain se tiendra, à la Gare Saint Sauveur à Lille, l’exposition La manufacture : a labour of love. Ancienne plaque tournante pour les marchandises industrielles, la gare fut réhabilitée en 2009 afin d’être convertie en centre culturel. La MEL a reçu le titre de “Capitale Mondiale du design 2020”. Ainsi, beaucoup d’événements et projets ont été annoncés pour apporter des solutions concrètes aux enjeux actuels dans la ville. Cette exposition fait partie de ce programme innovant.

La métropole lilloise est “Capitale Mondiale du design 2020”. Cette distinction, pour la première fois attribuée à une collectivité française, succède à Mexico, Taipei, Le Cap, Helsinki, Séoul, et Turin. La volonté est de transformer le territoire par le design. C’est un projet prônant l’innovation en mobilisant le design autour des questions économiques, sociales et surtout écologiques, avec le développement durable à l’honneur. Il vise aussi à travailler au mieux-être des habitants et recréer des liens entre générations. Plus de six cents idées, appelées Proof of concept (POC), ont été recueillies et réparties en thématiques accessibles sur le site de la MEL

La manufacture a labour of love
La marque About a worker collabore avec Anti-Fashion Project / Roubaix et l’atelier Résilience, pour confectionner des tabliers. © MEL

Le design pour sauver la planète ?

Lidewij Edelkoort, prévisionniste hollandaise des modes et tendances futures, a imaginé cette exposition en regroupant une nouvelle génération de designers. Chacun a un travail artistique différent, mais leur but reste le même : créer de nouveaux objets durables en réinventant la matière. Plusieurs films de courte durée jouxtent les installations afin de mettre en image les processus de fabrication des objets manufacturés. L’exposition donne ainsi de la visibilité à un art plein d’inventivité et d’espoir. Lille a connu une vie antérieure industrielle et commerciale, notamment dans l’agroalimentaire, le textile et la mécanique. Pourquoi ne pas exploiter les vestiges de ce passé ? C’est le pari qui a été fait Gare Saint Sauveur.

Un mélange des époques innovant

L’exposition mise sur l’usine, le design et la passion comme réponse aux enjeux actuels de la MEL. La manufacture est un lieu où l’on fabrique des objets à la main, et où l’on cherche à créer de nouvelles choses. Ici, les instruments de production industrielle issus de différentes époques se mélangent, tels que le métier à tisser et l’imprimante 3D. À l’heure d’une prise de conscience écologique, La manufacture : a labour of love présente de nouvelles manières de créer et de fabriquer, tendant vers un futur plus durable. Si la transformation des matériaux est centrale dans cette exposition, le détournement de la matière l’est tout autant.

La manufacture a labour of love
Elemental Daybed, K.LAMBRIDIS © Lili Pateman / Pépère News

Les artistes n’hésitent pas à employer de manière innovante des matériaux peu habituels comme des câbles d’ordinateur, de la sciure de bois, ou des parpaings. La valorisation des déchets et l’utilisation de produits organiques sont de mise. Sous l’œil esthético-fonctionnel du design, certains objets proposés prennent alors une dimension militante pragmatique. La manufacture : a labour of love est pleine de fantaisie. Les artistes jouent avec la matière, et leurs travaux aussi variés et originaux soient-ils, se complètent. On ressort du lieu allègre, comme si on avait pris un bain de créativité. Face à une couturière en plein travail au sein même de l’exposition, le message de passion pour le travail manuel est très bien transmis.

 

Par Léo Guérin

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
1
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
1
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
  • Tous les articles écrits par la rédaction du Pépère News ou par des pigistes extérieurs au média sont répertoriés ici !

Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR