Éloges, débats, punchlines, résumé de deux débats des quarts de finale du tournoi d’hiver

tournoi d'hiver oratrice de Révolte Toi au tournoi d'hiver de la FFDN ©stanislas.ferrari

La Fédération Francophone de Débat du Nord organise pour la première fois un tournoi d’hiver. Pendant trois semaines, les orateurs débattent dans les hauts lieux de l’éloquence lilloise. Les six clubs de la capitale des Flandres s’affrontent autour de simulations parlementaires, le gouvernement contre l’opposition. 

Lundi 24, jeudi 27 et vendredi 28 janvier, les hostilités du tournoi d’hiver sont lancées. Des arguments plein la tête, des objections plein la bouche, les étudiants se mesurent les uns aux autres. Face à eux, le jury au premier rang de l’amphi prend des notes. Le public peuple le reste de la salle. Il est venu en nombre pour soutenir son club à coups d’applaudissements et de pancartes d’encouragement. Le but des orateurs : se qualifier pour les demi-finales du tournoi d’hiver.

L’Oratorium vs Le Bec et la Plume

Ce jeudi 27 janvier, c’est l’amphi Michel Foucault de Science Po Lille qui s’est transformé en Assemblée nationale miniature. Le deuxième match du tournoi d’hiver de la FFDN, qui opposait les orateurs du “Bec et la Plume”, de Science Po, et ceux de “L’Oratorium”, pensionnaires de la fac de droit de l’université catholique, a tenu ses promesses. Pour l’apéritif, les éloges, autour de la question “Faut-il mourir pour ces idées ?”. A la positive, Marie-Lou de l’Oratorium, à la négative Daniel du Bec et la Plume. Dix minutes d’éloquence pure, des mots qui s’enchaînent aussi clairement que les notes d’une symphonie. A la fin, pas de gagnant, juste du plaisir et une mise en bouche du match décisif qui suit.

En guise de plat de résistance, un débat parlementaire, chargé de départager les deux équipes pour une place en demi-finale. Le jeu de rôle ressemble de manière troublante à la réalité : la délégation sciencepiste (Marine Collot, Romain Deveaux, Jade Gaborieau et Lou Henguelle) endosse un gouvernement chargé de défendre un projet de loi contre une opposition parlementaire, jouée par les orateurs de L’Oratorium (Elisa Waltz, Jules Capelle, Corentin Thomas et Louis Gruau). Dans cette réalité alternative, le gouvernement propose de rendre l’école obligatoire à partir de 10 ans. Successivement, les députés de l’opposition et membres du gouvernement montent à la tribune pour défendre leurs arguments, sous des tonnerres d’applaudissements. D’ailleurs, les supporters de l’Oratorium ont fait le déplacement en masse et font bien plus de bruit que les propriétaires des lieux. La séance se clôt après une heure de débat passionné. Les deux membres du jury se retirent dans une salle adjacente pendant une quinzaine de minutes. 

Si on vous comprend bien chers membres du gouvernement, la place des enfants c’est à la Kouizine – La punchline de la soirée

Les deux équipes se livrent à nous durant les délibérations. Après deux ans de pandémie et une éloquence lilloise qui a tournée au ralenti, les orateurs sont heureux de pouvoir reprendre les concours, dans une ambiance chaleureuse et solidaire. Match amical ou compétition officielle, l’objectif est de “s’exercer et de se préparer aux autres concours”, notamment à la Coupe de France. Outre l’exaltation, tous sont au diapason pour dire que la priorité est de produire un beau spectacle et “transmettre des émotions au public”.

Un quart d’heure plus tard, le jury monte à la tribune, verdict en main, devant un amphi pressurisé par le suspense. Finalement, avoir la meilleure oratrice de la soirée dans ses rangs n’aura pas suffit au Bec et la Plume pour remporter cette joute verbale, c’est l’Oratorium qui file en demi-finale. Ils affronteront la délégation de l’ISEG, le mercredi 9 février.

Hermès AESJ VS Révolte-Toi ESPOL

Vendredi 28 janvier, 18h30, après la validation des passe sanitaires puis tickets, le Pépère News s’aventure dans le grand amphi’ de l’ESJ (Ecole Supérieure de Journalisme de Lille) où l’ambiance à première vue décontractée est trahie par la ferveur des supporters trembant d’impatience. A gauche de l’amphi au gouvernement, Révolte-toi ESPOL (Joseph Mouton, Macha Durig, Melodie Tissot, Kelig Voisin), face à eux les habitués des lieux : Hermès AESJ (Sarah Coudert, Loïs Hamard, Aglaé Faure, Emilien Jacquou). Leur sujet de discorde : “Ce gouvernement souhaite instaurer un rayon made in France dans tous les magasins de grande distribution”. Campé chacun de leur côté, les yeux rivés sur leurs notes, les orateurs sont prêts à commencer.

Une oratrice de Révolte Toi campe la première ministre du gouvernement ©stannislas.ferrari
Une oratrice de Révolte Toi campe la première ministre du gouvernement ©stannislas.ferrari

Mais avant de passer aux choses sérieuses, à l’éloge, Maëlys Michel-Bannier, co-présidente d’Hermès AESJ annonce les couleurs de son équipe avec un discours fracassant d’émotions récompensé d’applaudissements : “C’est beau d’avoir 20 ans. C’est l’âge de l’impertinence, de l’arrogance, de l’insouciance. Quelques gouttes d’indépendance et nous gagne la sensation d’avoir quitté l’enfance. Il n’en est rien l’âge adulte est encore lointain”.

Les hostilités sont maintenant lancées, la première représentante du gouvernement s’avance avec détermination au pupitre pour lancer le débat. Éloge du patrimoine français, questions environnementales, producteurs locaux, les arguments s’enchainent en même temps que les débateurs se succèdent. Dans la foule les supporters d’Hermès AESJ sont prédominants et font du bruit. Pancartes, applaudissements, cris et interventions “elle a raison !”, il se proclament maîtres des lieux. Pour eux, pas question de perdre à domicile. Les soutiens de Révolte-toi ESPOL, tout droit venus de l’Université Catholique de Lille sont moins nombreux mais affirment leur présence en encourageant vivement leurs orateurs.

Même si la tension avait déjà pris un cran après l’intervention de Loïs Hamard, qui remporte plus tard le titre de meilleur orateur, elle devient dangeuresement électrique lors des dernières interventions de chaque équipe. Macha Durig, dernière membre du gouvernement lance une dernière série d’attaques bien ficelées auxquelles Emilien Jacquou, secrétaire général de l’opposition, répond à coup de punchlines bien trempées. Ce dernier clôture le débat dans un tonnerre d’applaudissements. Place aux délibérations.

FFDN tournoi d'hiver éloquence
L’équipe d’orateurs Hermès AESJ à l’opposition ©stannislas.ferrari

Une dizaine de minutes plus tard, les jurés refont apparition. A l’annonce du verdict, dix secondes de silence puis une pluie d’acclamations : Révolte-toi ESPOL est déclaré vainqueur. Pour Hermès AESJ c’est la fin du tournoi, leurs adversaires ont affronté en demi-finale Révolte Toi Lille le vendredi 4 février dans l’amphitéâtre Réné Thierry à l’Hôtel Académique.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
5
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.