En lecture
Covid-19 : le beffroi contre-attaque

Covid-19 : le beffroi contre-attaque

Martine Aubry, Maire de Lille (Covid-19)

À mi-chemin entre le début du confinement dû à l’épidémie de Covid-19 et le 11 mai, date de sortie envisagée par le gouvernement, Martine Aubry annonce de nouvelles mesures pour les Lillois, Lommois et Hellemmois. Accompagnée par les maires des deux communes associées à Lille dans sa visioconférence de presse, elle se prononce également sur l’organisation des mois à venir, au vu de la crise sanitaire et économique qui frappe la métropole.

Pour la maire socialiste, l’aide alimentaire aux familles est un enjeu essentiel en ces temps de crise. Elle confie avoir d’abord eu l’idée de proposer un panier d’aliments frais et un chèque alimentaire libre d’utilisation aux habitants le nécessitant. Néanmoins, à la suite de l’annonce d’aides financières pour certains foyers par Emmanuel Macron lundi 13 avril, M. Aubry décide de consacrer l’intégralité des fonds de cette mesure à la préparation des paniers-repas, augmentant notamment leur taille.

Des paniers pour plus de 3 500 familles

Toutes les familles qui bénéficient d’un tarif à un euro ou moins pour la cantine de leur enfant ont le droit à ces paniers-repas. Parmi elles, les 510 familles de plus de trois enfants récupéreront l’équivalent du double d’un panier. La distribution se fera deux fois par mois, par quartiers, et ce dans le respect des règles de sécurité, assure M. Aubry. Pour ces familles, le premier rendez-vous a lieu jeudi ou vendredi prochain, durant des créneaux de deux heures. En deux jours, 110 bénévoles ont répondu à l’appel afin d’épauler les agents municipaux dans la préparation et la distribution de ces paniers. Pour le choix des aliments, la maire déclare avoir travaillé de pair avec le directeur de la cuisine centrale de Lille. Charlotte Brun, adjointe déléguée aux Politiques éducatives, promet ainsi “des poireaux, des pommes de terre ou encore des carottes de producteurs de la région” pour cette première. Le tout dans des paniers-repas qui coûteront 246 000 euros par mois à la municipalité.

Cette mesure devrait être largement approuvée par les élus lillois. En effet, le problème de l’alimentation des familles dans le besoin avait déjà été soulevé par Stéphanie Bocquet, 2ème de la liste Lille Verte 2020, lors de la dernière conférence de presse du candidat Stéphane Baly. De plus, les conseillers municipaux du groupe Faire Respirer Lille ont récemment proposé une mesure similaire dans une lettre à l’attention de M. Aubry.

Des actions immédiates pour les habitants

Au sein des EHPAD lillois, l’ensemble des agents sont en train d’être testés par l’Institut Pasteur afin de limiter la propagation du virus, informe l’ancienne ministre. Les résidents, eux, seront testés dès la semaine prochaine, avec l’aide du CHU de Lille. De plus, M. Aubry déclare avoir obtenu des dons de masques ou de blouses auprès d’une clinique privée et d’entreprises alimentaires. Elle souligne ensuite le fait que le Premier ministre a accepté que les collectivités locales puissent offrir 1 000 euros défiscalisés au personnel soignant, tel qu’elle l’avait demandé à Édouard Philippe.

Pour ce qui est de la continuité pédagogique, la mairie a demandé aux centres sociaux de lui signaler les cas d’élèves dont les professeurs ont perdu contact. Pour remédier à ce “largage électronique”, M. Aubry annonce avoir permis la distribution de smartphones ou de tablettes à ces foyers. En outre, une plateforme d’accompagnement scolaire est désormais créée afin d’aider les parents pour les devoirs, mais également leur assurer un soutien psychologique ou encore une aide d’ordre technique. Grâce à cette “hotline spéciale parents”, ces derniers seront “écoutés et mis en relation avec des associations selon leur besoin et leur quartier”, explique C. Brun.

La réflexion sur un plan de fin de confinement

Pour permettre aux Lillois de se déplacer en toute sécurité, une fois le confinement terminé principalement, l’écologiste S. Baly encourageait la mise en place de voies cyclistes temporaires. Celles-ci permettraient aux usagers de prendre l’air et de faire du sport tout en respectant la distanciation sociale, selon le candidat aux élections municipales. M. Aubry, qui travaille actuellement sur un plan de mobilité pour sortir du confinement avec son adjoint Jacques Richir, n’exclut pas cette possibilité. Elle envisage également la fermeture de certaines rues et une augmentation du trafic de bus, où les habitants seraient “moins serrés que dans le métro”. Elle ajoute ensuite que cela s’accompagnerait de nouvelles mesures de sécurité dans ces transports.

L’été sera également marqué par une nouvelle organisation. Lille Plage est évidemment annulée, annonce la maire. Mais pour ce qui est de la braderie à la fin du mois d’août, elle confie ne pas avoir pris de décision pour le moment. En ce qui concerne les vacances estivales, la municipalité travaille, avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, sur le maintien de stages d’été, mais de manière adaptée. À nouveau, la sécurité est dressée en priorité, et ces stages ne se réaliseraient donc qu’en groupes de moins de dix enfants. En outre, la mairie annonce ne pas supprimer les subventions dédiées à l’organisation d’événements sportifs ou culturels cet été, malgré leur annulation, afin de ne pas mettre en difficulté les associations.

“J’ai décidé une bonne fois pour toutes de suivre les consignes du gouvernement” – Martine Aubry, maire de Lille

M. Aubry affirme ne pas vouloir polémiquer, le temps étant à l’unité afin de faire face à la crise. Pourtant, s’il y a bien un sujet sur lequel elle assume prendre position, c’est l’école. Elle confie ne pas comprendre comment une ouverture des écoles le 11 mai serait possible, avant de finalement affirmer : “Je prendrai la responsabilité de ne pas ouvrir les écoles sans mesures nécessaires”. Pour cela, elle s’appuie sur le cas des deux écoles actuellement ouvertes à Lille pour les enfants du personnel soignant, des policiers et des pompiers. Dans chaque classe se trouvent moins de dix élèves, et c’est bien “le nombre maximum pour y faire respecter des règles d’hygiène” suffisantes selon la maire.

Finalement interrogée sur les impacts de cette crise au niveau de la politique de la ville, M. Aubry assure réfléchir avec l’ensemble des élus à ce qui doit changer à Lille, et notamment en termes de gouvernance. Contacté par le Pépère News, Thierry Pauchet, président d’un groupe d’opposition au conseil municipal, déclare qu'”au vu de la gravité et la complexité de la situation, le groupe Un Autre Lille est totalement solidaire” de l’action de M. Aubry et de sa majorité. Il ajoute aussi être en contact régulier avec cette dernière. Pour autant, ce constat n’est pas universel puisque le groupe Faire Respirer Lille, dans un communiqué de presse datant du vendredi 17 avril, déplore l’annulation “unilatérale” des temps d’échanges réguliers avec la maire sur la crise sanitaire économique. Les élus du groupe, appelant à la reprise immédiate de ces réunions hebdomadaires, vont jusqu’à déclarer au Pépère News que “si Martine Aubry dit à la presse que nous ne serons pas prêts le 11 mai, c’est normal puisqu’elle refuse de réunir ses élus pour préparer et travailler“.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
Hilarious
0
In Love
2
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page