En lecture
Course à la Maison Blanche #2 : le Minnesota au cœur de la bataille électorale

Course à la Maison Blanche #2 : le Minnesota au cœur de la bataille électorale

Pour Trump, remporter le Minnesota serait un coup de maître, un ticket gagnant au “pull tab”, ce jeu si populaire au Minnesota. L’État aux 10.000 lacs n’a pas voté pour un président républicain depuis Richard Nixon, en 1972. Mais en 2016, c’est le choc : Donald Trump arrive sur les talons d’Hillary Clinton, les démocrates emportent l’État de justesse. Ava Ludford, jeune américaine de 14 ans, a accepté de témoigner pour le Pépère News. Si elle déplore un système électoral biaisé qu’il faudrait supprimer, elle veut croire en la victoire de Biden.

Des immenses forêts bordant la frontière canadienne jusqu’aux terres agricoles du sud en passant par des centres hospitaliers de pointe et les villes cosmopolites jumelles de Minneapolis et Saint Paul, les 5,5 millions d’habitants de cet État offrent un précipité de l’électorat américain, où les anciennes lignes partisanes ne veulent parfois plus rien dire. Habituellement, le Minnesota reçoit peu d’attention au cours des dernières étapes de la course à la Maison Blanche, les candidats se concentrant davantage sur les “swing states”. Pourtant, ces derniers jours et avec la mort de George Floyd, le Minnesota est devenu un État clé avec la présence du président Donald Trump et du candidat démocrate Joe Biden, qui faisaient campagne pour marquer le début du vote par anticipation.

Une jeunesse mobilisée

Pour les politologues, le Minnesota pourrait être un test national. Sociologiquement, l’État ressemble au pays, avec de grandes villes de plus en plus progressistes et marquées à gauche, des campagnes très largement républicaines, et même trumpistes, et des banlieues qui joueront un rôle d’arbitre. Le thème de l’immigration n’est pas absent de la campagne, et les jeunes sont très mobilisés dans l’élection présidentielle. “Au Minnesota, il y a toujours eu un fort degré d’engagement pour les droits civiques, mais Donald Trump en a rien à foutre ! Je pense que les jeunes d’aujourd’hui (Gen Z) sont plus impliqués dans la politique que jamais dans l’histoire des États-Unis pour faire tomber Trump” détaille Ava.

“Au Minnesota, il y a toujours eu un fort degré d’engagement pour les droits civiques, mais Donald Trump en a rien à foutre !” – Ava Ludford

Ainsi, ces derniers mois, ceux qui s’opposent au président ont senti le besoin de s’exprimer davantage. Les manifestations n’étaient donc pas une surprise. Ava confirme : “L’élection de Donald Trump m’a poussée un peu plus à gauche, en réaction. Je déteste cet homme. C’est un sexiste, un homophobe, un transphobe, un raciste, un excusé de l’être humain. Il a plus de 30 accusations pour agression sexuelle, il s’est moqué d’une journaliste handicapée, a agressé sexuellement des femmes journalistes, fonde ses opinions sur l’apparence des femmes et paye moins d’impôts (en tant que milliardaire) que mes parents. Je n’ai pas encore l’âge de voter, mais j’aurais aimé l’avoir pour contrer [Donald] Trump.”

En tant que bonne citoyenne américaine, Ava a suivi le débat télévisé qu’elle qualifie de “chaotique”. “Au lieu de perdre deux heures à le regarder, je vous le résume : ils se sont coupés la parole et ont crié pendant la majeure partie du débat. Pauvre modérateur !” Lâche t-elle dans un rire. Si elle semble amusée de la situation, cette jeune Américaine déplore “un manque de professionnalisme” chez les candidats et un “grand moment d’humiliation” pour le pays. Elle note cependant que les débats des vice-présidents étaient “plus mûrs” avec des candidats [Kamala Harris et Mike Pence] “plus intéressants”.

Biden en avance dans les sondages

Après avoir essuyé une défaite serrée au Minnesota en 2016, Donald Trump espère pouvoir faire des gains cette fois-ci, pour contrebalancer d’éventuelles pertes dans d’autres États. Il a ainsi “visité régulièrement l’État”, et est resté au courant des “enjeux qui touchent les électeurs des secteurs ruraux”, explique Ava. Plus récemment, il a martelé le message de “la loi et l’ordre”, qui vise à convaincre des électeurs blancs inquiets de la tangente violente de certaines manifestations. C’est particulièrement vrai au Minnesota, où le meurtre de George Floyd a déclenché une réflexion nationale sur le racisme. Cette habitante du Minnesota ajoute que “cette année, tous les réseaux sociaux, toutes les célébrités et influenceurs font de la publicité pour l’élection présidentielle. Instagram a toute une partie consacrée au vote.”

Mais en dépit de ces efforts, l’État pourrait à nouveau lui échapper dans deux semaines. Une série de sondages menés récemment démontrent que Joe Biden détient une avance constante. Et lors des élections de mi-mandat de 2018, le vote démocrate s’est manifesté dans les banlieues, les petites villes et même dans les villes minières qui avaient opté plus récemment pour les républicains. Ava en est presque sûre, Joe Biden remportera l’élection : “Beaucoup de gens n’aiment pas Donald Trump, confie-t-telle, il a fait tant de choses stupides et irrespectueuses pour notre pays, y compris manquer de respect à la mort récente de l’ancienne juge Ruth Bader Ginsburg, cette féministe qui a tant fait pour les femmes et a joué un grand rôle pour le mariage gay. Et aux États-Unis, soit les Américains détestent [Donald] Trump soit ils le soutiennent énormément, mais ils ne sont certainement pas assez nombreux pour lui permettre de remporter un second mandat…  À moins que [Donald] Trump ne truque l’élection, qui sait ?”

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
3
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
  • Entre l’Académie ESJ, et la licence AES, j'écris pour le Pépère News à mes heures perdues. De la politique, aux dernières tendances, j'aime porter la plume dans la plaie.

Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR