Le critérium d’Hellemmes : du vélo populaire à côté de Lille

Coureurs au départ du critérium d'Hellemmes

Le 29 août dernier s’est tenu le critérium d’Hellemmes, aussi appelé Guidon d’Or, qui a vu le champion de France de cyclisme Florian Sénéchal passer la ligne d’arrivée en tête devant un public aussi nombreux que chaleureux.

Tracé au cœur de la ville d’Hellemmes, le parcours du Guidon d’Or a fait s’inviter le vélo chez les habitants qui n’avaient qu’à ouvrir portes et fenêtres pour assister à l’évènement. Ces derniers ont été rejoints par d’autres spectateurs venus de la Métropole Européenne de Lille mais aussi de bien plus loin en France à en croire les plaques d’immatriculation rassemblées sur les différents parkings. C’est donc un grand moment de l’année sportive métropolitaine, absent deux années consécutives du fait de la pandémie, qui a fait son retour.

Une popularité toujours palpable

“Le critérium c’est la joie, la fête, la rencontre avec les pros.” Ce sont les mots de Vincent Petit, le patron de la course, pour résumer sa vision d’un tel évènement. Des conditions toutes réunies pour cette édition 2022 puisque le public s’est largement rassemblé autour du tracé. Une aubaine pour celui qui a commencé à s’investir dans les critériums depuis une vingtaine d’années : “C’est une satisfaction de voir ce monde sur la route parce qu’on attire plus difficilement les spectateurs ici en ville, parmi des centaines d’autres évènements, qu’en campagne où la manifestation est LE grand moment de l’année”.

L’affluence a d’ailleurs été remarquée et soulignée par les coureurs à l’instar du vainqueur, le champion de France Florian Sénéchal : “Il y a plus de monde qu’il y a deux ans donc ça fait vraiment plaisir. Déjà au Tour de France on est passé à Hellemmes et il y avait beaucoup de monde.” Le natif de Cambrai est évidemment grand connaisseur des courses dans la région et de l’impact populaire qu’elles suscitent. Un constat partagé par Hugo Toumire, coureur de l’équipe sponsorisée par Cofidis dont les locaux se trouvent à Villeneuve d’Ascq : “C’est le siège de notre équipe donc c’est sûr que c’est sympa de courir ici. C’est un bon moment vélo, ça vit vélo et ça respire vélo ici.”

Le podium du Critérium d'Hellemmes © Arthur Louis (Pépère News)
M.Sarreau, F.Sénéchal et S.Leroux sur le podium à l’arrivée © Arthur Louis (Pépère News)

Il est certain que l’endroit est peut-être le plus propice en France et en Europe pour retourner aux racines de ce sport tant les Flandres ont marqué son histoire. Toujours aussi souriant et enthousiaste, Steve Chainel, ancien champion de France de cyclo-cross engagé dans la compétition du jour, soulignait que “ce sont de vraies terres de vélo avec une vraie ferveur autour de ce sport. J’ai toujours adoré venir dans le Nord-Pas de Calais.” Un engouement populaire qui se sera donc imposé comme principal moteur du critérium d’Hellemmes.

Entre pros et amateurs, la rencontre de deux mondes

C’est l’une des caractéristiques du Guidon d’Or, sa capacité à rassembler le monde du vélo dans son ensemble. De Florian Sénéchal, champion de France, et Adrien Petit, 6ème du dernier Paris-Roubaix, jusqu’aux amateurs qui les ont accompagnés, en passant par les fans de vélo sur le bord de la route, on aura retrouvé à Hellemmes toutes les composantes de ce sport.

Des disparités de statut entre amateurs et professionnels qui donnent à ces derniers une forme de devoir vis-à-vis des autres coureurs. Florian Sénéchal se réjouissait ainsi de “pouvoir rouler avec les amateurs et essayer aussi de les motiver à passer le palier du professionnalisme.” Une idée de transmission importante pour ceux qui ont fait de leur passion un métier. Or, le critérium d’Hellemmes se révèle parfait pour cela tant il fait sauter les barrières qui séparent ces deux mondes. Laurent Pichon, aligné à six reprises aux départs des grands Tours (Vuelta, Giro, Tour de France) notait, lui, la proximité avec les spectateurs : “L’intérêt c’est d’être plus disponible pour le public. Le vélo devient de plus en plus professionnel ce qui fait qu’on est toujours concentrés et que, parfois, on n’a pas cette disponibilité au départ des grandes courses.

Coureurs pendant le critérium d'Hellemmes, le Guidon d'Or, dans les rues de la ville. © Arthur Louis (Pépère News)
Le peloton a sillonné les rues d’Hellemmes pendant plus de 50 tours. © Arthur Louis (Pépère News)

Pour les amateurs présents au départ de l’épreuve c’était bel et bien l’occasion de se retrouver à égalité avec les coureurs habituellement visibles uniquement à travers un écran de télévision. Pour Aubin Vasseur, qui porte les couleurs de l’ESEG Douai, “pouvoir partir en échappée avec les pros c’est un rêve pour tous les enfants qui font du vélo. On se sent un peu professionnel le temps d’une soirée.” Un rêve momentanément devenu réalité pour le Nordiste qui restait conscient de l’enjeu principal du critérium d’Hellemmes pour lui :  Se faire plaisir c’est le mot d’ordre“.

Une forme de course en lutte pour sa survie

S’il ne manquait pas d’exprimer sa satisfaction et son soulagement une fois l’évènement terminé, Vincent Petit, à la tête du Guidon d’Or depuis de nombreuses années, nous faisait part de la difficulté croissante que représentait toute cette organisation. “De nos jours, il y a les contraintes administratives et préfectorales qui sont parfois pénibles. On a eu des doutes jusqu’à quatre jours avant le départ puisque certaines autorités nous mettaient la pression”. Un constat tiré dans un contexte où les critériums se font de plus en plus rares : On est une équipe de passionnés et on se bat pour que cette forme de course ne meure pas” affirmait M. Petit après coup.

Florian Sénéchal à l'arrivée du critérium d'Hellemmes © Pierre Willemetz
Florian Sénéchal, vainqueur du Critérium d’Hellemmes © Pierre Willemetz

La pandémie a d’ailleurs fragilisé ces rendez-vous comme beaucoup d’autres manifestations. Cédric Vasseur, ancien professionnel et désormais manager de l’équipe Cofidis, en était bien conscient : “Pour des rassemblements populaires comme celui-ci je pense que c’était difficile. Revoir des coureurs ici c’est un renouveau. C’est notre devoir de promouvoir le cyclisme dans sa globalité mais aussi et surtout dans la région grâce à ce Critérium d’Hellemmes.” Organisateurs et participants se sont donc investis dans ce rendez-vous pour continuer à le faire vivre. Un effort finalement récompensé par la présence du public nordiste resté nombreux pour donner de la voix jusqu’à une heure bien avancée de la soirée.

Arthur Louis avec Thomas Palmier

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.