En lecture
Derby du Nord #3 : LOSC, RC Lens, qui est le mieux armé ?

Derby du Nord #3 : LOSC, RC Lens, qui est le mieux armé ?

Stade Bollaert-Delelis

Ce soir aura lieu le match opposant le RC Lens au LOSC. Ce sera l’occasion de retrouver un derby au stade Bollaert-Delelis, lieu qui n’a pas accueilli l’évènement depuis maintenant dix ans. Cette rencontre paraît décisive au vu du classement des deux équipes dans le championnat.

Alors que le championnat de Ligue 1 touche à sa fin, le suspense qu’il suscite, aussi bien pour les qualifications européennes que pour la course au titre, n’a jamais été aussi important depuis de nombreuses années. Et quoi de plus beau qu’un derby régional avec toute la ferveur et l’engouement qu’on lui connait pour venir ajouter du piment à cette fin de saison qui n’en manque pourtant pas ? Si habituellement la rivalité se fait sur le match en lui-même sans prendre forcément en compte les enjeux autour, cette saison est bien différente. En effet, les Dogues et les Sangs et Or jouent respectivement la course au titre pour l’un, et la cinquième place, synonyme de place européenne, pour l’autre.

Si les Lensois risquent d’avoir soif de revanche au vu de la débâcle du match aller (0-4), les Lillois, eux, joueront les premiers et auront à cœur d’envoyer un message fort à leur rival pour la course au titre. En effet, depuis la défaite de Monaco contre Lyon ce dimanche (1-3), un face à face entre Lille et Paris semble s’imposer.

Le LOSC, champion à l’allure fringante

Actuellement en tête du championnat avec seulement un petit point d’avance sur le Paris Saint-Germain, les joueurs de Christophe Galtier ont désormais trois “finales” à jouer pour pouvoir croire en un titre de champion tout juste dix ans après le dernier.

Si les Dogues restent sur une série de cinq matchs sans défaite, ils peuvent compter sur une défense de fer alliant expérience, à l’image du capitaine José Fonte, et jeunesse, avec l’ex-joueur de l’Ajax, Sven Botman. L’arrière garde lilloise est également sublimée par une des révélations de l’année : Reinildo Mandava (latéral gauche). Cette défense est soutenue par celui qui est sans aucun doute l’un des meilleurs gardiens de Ligue 1, qui enchaîne les clean sheets (match sans prendre de but, ndlr) : 19 matchs sans encaisser de buts, soit le plus haut total dans les cinq grands championnats européens.

La défense est, certes, une des pierres angulaires du groupe lillois, mais c’est son collectif qui fait sa force. On ne distingue pas d’immense star dans cette équipe. La force du LOSC est un groupe tout entier structuré par une colonne vertébrale (Mike Maignan, José Fonte, Benjamin André, Burak Yilmaz) plus que solide et sur laquelle Christophe Galtier compte presque aveuglément.

Sur le terrain comme en dehors, les hommes d’Olivier Létang, le président du LOSC, paraissent sereins : un pressing à couper le souffle à l’adversaire, une précision chirurgicale devant le but et un contrôle du milieu mené d’une main de maître par Benjamin André. Le LOSC semble alors avoir toutes les cartes en main pour aborder ce match sereinement.

Des entames de match à perfectionner

Néanmoins, les Lillois devront faire attention en début de match. Si l’on devait trouver une critique à faire à cette équipe, ce serait leurs entames de match pas assez tranchantes.

Christophe Galtier le soulignait déjà en conférence de presse avant le match contre Nice : “Nos entames de matchs ne sont pas bonnes, on court après le score et après ça devient plus difficile.” Le coach des Dogues pointe, avec beaucoup de lucidité, le problème de son équipe, bien visible face aux Lyonnais lors de la 34ème journée de Ligue 1. Les Dogues étaient alors menés 2-0 à la 40ème minute.

Le LOSC devra aussi faire avec quelques absents, peu nombreux mais de taille : Benjamin André, qui a écopé de trois jaunes en dix matchs de Ligue 1, synonyme de suspension, et Timothy Weah, dont le potentiel retour de blessure reste incertain.

Le joueur lillois à suivre

Le match se jouera certainement au plan de jeu mis en place par chaque entraîneur mais certaines individualités auront leur mot à dire, un focus sur ce qui paraît être le joueur clé côté lillois : Burak Yilmaz. Le Turc de 36 ans n’en finit plus d’éblouir le championnat de France. Si sa blessure l’a écarté des terrains pendant près de deux mois, ses qualités de détermination et son envie de gagner l’ont fait revenir de la plus belles des manières. Il a livré une véritable masterclass face à Lyon en inscrivant deux buts et une passe décisive, mais il ne s’est pas arrêté là et a continué à marquer face à Nice (victoire 2-0).

Il aura fallu seulement une demi-saison au “Kral” pour devenir une véritable coqueluche du public nordiste voire du public français. Avec ses treize buts en championnat, il porte son équipe avec son impact physique et son expérience. Il est l’un des seuls à avoir déjà remporté un titre de champion, avec Renato Sanches, et semble avoir à cœur de ramener le titre à toute une ville qui s’anime désormais aux couleurs du LOSC.

Les Lensois n’ont rien à envier aux grosses écuries

Quant aux Lensois, ils vivent une saison également presque parfaite, puisqu’elle est même la troisième meilleure pour un promu dans l’histoire du championnat. En effet, avec 56 points au bout de 35 journées, les Lensois sont bien partis pour jouer la cinquième place du championnat. La fin de saison va, pour eux aussi, être très tendue et on peut également parler de “finales” pour les trois matchs restants. Les Sangs et Or vont devoir, dans ce derby, aller chercher la victoire s’ils veulent concrétiser cette belle saison.

En ce qui concerne le style de jeu, le RC Lens joue décomplexé depuis qu’il est dans l’élite avec un dispositif plutôt offensif en 3-4-1-2. Cette disposition colle parfaitement à ses qualités offensives et sa vitesse d’exécution avec notamment ses deux ailiers : Clément Michelin à gauche et Jonathan Clauss à droite qui ont tous deux réalisé une belle prestation face au PSG samedi dernier.  Ce système permet aux Lensois de jouer tous les coups avec fougue. Des qualités d’attaque visibles sur le terrain mais aussi dans les statistiques, puisque derrière le quatuor de tête, les Lensois possèdent la meilleure attaque du championnat avec 55 buts en 35 journées.

L’attaque menée par Kakuta et Arnaud Kalimuendo – la jeune pépite prêtée par le PSG –, peut également compter sur le quadrillage du milieu de terrain, mené par un duo composé de Fofana (qui par ailleurs a réalisé une grande prestation face à Paris) et Cahuzac, qui mène la barque lensoise aussi bien défensivement qu’offensivement.

Les Lensois semblent jouer les matchs de la même manière, qu’importe l’adversaire. Les Artésiens ont déjà fait chuter le PSG, Rennes, Monaco et Marseille. Mais alors quels sont les points faibles de cette équipe lensoise ? À l’image de leur coach, Frank Haise, qui est pour la première fois de cette saison sur un banc de Ligue 1 en tant que numéro un, les Lensois manquent d’expérience à ce niveau. Comme le soulignait leur entraîneur, la plupart de l’effectif évoluait la saison dernière soit dans une division inférieure, soit dans des équipes jeunes. Bien que ce manque d’expérience ne se fait pas sentir pour l’instant grâce à une bonne gestion du groupe par Frank Haise, les deux nouveaux absents Haïdara (blessé à l’entraînement) et Sylla (suspendu) pourront peut-être jouer sur la rencontre.

Le joueur lensois à suivre

Lors de la conférence de presse d’avant match ce mercredi, Gaël Kakuta a lancé le derby en envoyant un premier tacle aux Lillois. En dehors de ses sorties en conférence de presse, Kakuta est le meilleur buteur artésien cette saison avec onze buts, et occupe une place centrale au cœur du système de jeu lensois. Il marque mais délivre aussi beaucoup de passes décisives (5, soit le deuxième meilleur total de l’effectif).

De plus, le joueur lensois apporte de l’expérience : du haut de ses 29 ans, il a déjà connu la première division avec Lens mais aussi avec son ancien club, le SCO d’Angers. Il a également une expérience de grand club, puisque plus tôt dans sa carrière il a évolué au FC Séville et à Chelsea où il a participé au titre de champion 2010. En résumé, un joueur à suivre.

Alors, les deux équipes nordistes vont-elles offrir un magnifique derby malgré l’absence des supporters dans le stade ? Si le LOSC a à cœur de tenir ses promesses de champion jusqu’au bout, les Lensois, eux, voudront concrétiser une saison déjà réussie, avec en jeu une place européenne et une revanche du match aller qui avait tourné à la démonstration lilloise (4-0).

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
4
J'ai hâte !
0
Joyeux
1
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

On vous parle des élections régionales et départementales des 20 et 27 juin !

X
Pépère News

GRATUIT
VOIR