En lecture
Le dernier mot – Les perdants aussi font entendre leur voix

Le dernier mot – Les perdants aussi font entendre leur voix

Spillebout Baly Aubry - municipales 2020 Lille

Le second tour des élections municipales lilloises promet d’être serré. Les trois candidats encore en lice étant au coude-à-coude, tout soutien ou ralliement s’avère précieux pour espérer accéder au beffroi le 28 juin. De quelles listes ou personnalités politiques les trois prétendants à la mairie ont-ils reçu le soutien ? À la veille du scrutin, le Pépère News fait le point pour vous.

La droite se divise, Violette Spillebout marche seule

La droite lilloise est la grande perdante de ces élections municipales. Ni la liste soutenue par Les Républicains, ni celle du Rassemblement National n’ont pu accéder au second tour. Résultat : aucun représentant de la droite traditionnelle ne siégera au conseil municipal de Lille pendant les six prochaines années. Cependant, à Lille, Hellemmes et Lomme, les deux listes précédemment citées cumulent près de 15% des voix au premier tour : une réserve de voix qui peut s’avérer déterminante le jour du vote.

Les colistiers de la liste “Tous Pour Les Lillois” soutenue par Les Républicains ont tous… un avis différent. Sauf quand il s’agit de se désolidariser de Violette Spillebout, qui a refusé une fusion avec Marc-Philippe Daubresse pour le second tour. Ce dernier appelle ainsi ses électeurs à s’abstenir ou à voter blanc, mais surtout pas pour V. Spillebout, jugeant qu’elle “a trahi [leurs] électeurs”. Quant à Valérie Petit, qui a rejoint la liste de M.-P. Daubresse, à défaut d’avoir décroché l’investiture LREM pour ces élections, elle ne donne aucune directive. “Il n’est pas dans mon tempérament libéral de donner une quelconque consigne de vote !”, écrit-elle dans un communiqué. Rudi Wolff, tête de la liste soutenue par Les Républicains à Hellemmes, et Christian Cornette, conseiller communal d’opposition hellemmois lors du dernier mandat, appellent à voter pour les écologistes Stéphane Baly et Simon Jamelin – respectivement têtes de liste à Lille et Hellemmes. Inutile de voter pour V. Spillebout qui, selon Christian Cornette, “n’a plus aucune chance de gagner” ; celui-ci préfère donc se rabattre sur les listes écologistes avec qui il partage quelques “points de convergence”.

Violette Spillebout se retrouve isolée et distancée, le sondage de La Voix Du Nord lui donnant plus de dix points de retard derrière les deux autres candidats. Elle peut néanmoins compter sur le soutien du ministre et maire de Tourcoing Gérald Darmanin qui lui a rendu visite au début du mois de juin. Tout comme celui du député Sébastien Huyghe, également président de la fédération LR du Nord. Le conseiller régional des Hauts-de-France appelle à voter pour “la seule liste d’opposition encore en lice”, celle de Violette Spillebout, donc – Stéphane Baly étant selon lui responsable avec Martine Aubry du “faible bilan” de la mandature précédente. Mais à nouveau, les élus de droite peinent à se mettre d’accord : certains Républicains reprochent à Sébastien Huyghe cette annonce sans “aucune consultation des équipes”, alors même que la fédération devait se réunir ce jeudi 25 juin pour notamment statuer sur la position à adopter collectivement en vue du second tour. L’initiative prise unilatéralement par leur “chef” a fait grincé des dents nombre de cadres et militants locaux de droite. Certains ont même expliqué leur désaccord publiquement (voir ci-dessous). Et un colistier de Marc-Philippe Daubresse, engagé tout au long de la campagne, de s’agacer : “On ne l’a pas vu une seule fois pendant près d’un an de campagne.” Ambiance à droite…

Martine Aubry glane des soutiens étonnants

Thierry Pauchet, principal conseiller municipal d’opposition à l’équipe socialiste lors du mandat 2014-2020, a lui aussi créé la surprise en annonçant son soutien pour la maire sortante à une semaine des élections. Pas question de laisser les Verts remporter le beffroi pour le colistier de Marc-Philippe Daubresse : les écologistes lillois sont des “fous-furieux, des écolo-marxistes, des terroristes intellectuels” affirme l’ex-candidat au cours d’une conférence de presse dédiée à ce second tour. Son appel à voter Martine Aubry fait davantage office de barrage aux Verts que de réel soutien pour la candidate socialiste. Violette Spillebout apparaissant distancée, Thierry Pauchet déclare que “voter pour elle, c’est comme s’abstenir” et incite donc à voter pour Martine Aubry, envers et contre tout.

La maire sortante récolte également le soutien de Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord et conseiller municipal d’opposition à Lille depuis 2014 – année où il a perdu face à Martine Aubry au second tour des élections municipales. Jean-René Lecerf complimente la maire sortante qui répondait présente quand il y en avait besoin” et qui s’est démenée “depuis le début de la crise sanitaire pour sa ville”. Plus modéré que T. Pauchet dont il regrette des mots “maladroits”, l’ancien candidat Républicain n’épargne pas les Verts pour autant, pointant de nombreuses “incohérences” dans leur programme. Et d’ajouter : “Je crains l’amateurisme et les bons sentiments des ces personnes qui sont porteurs d’une catastrophe économique sociale.” Le vote Aubry apparaît donc comme une évidence pour lui. Un ralliement qui pourrait en appeler d’autres, lors des prochaines échéances électorales…

Municipales 2020 Lille débat
Point culminant de la campagne des municipales de Lille, le débat du premier tour organisé par Sciences Po Lille avait réuni tous les candidats, sauf le RN qui n’a pas voulu participer. © Quentin Saison

Une gauche qui se fait plus discrète

À gauche, aucune liste ne semble clairement soutenir un candidat. Les annonces se font rares, à coups de communiqués de presse. Les électeurs de Julien Poix (8,8% au premier tour), tête de la liste “Décidez Pour Lille” soutenue par La France Insoumise, représentent un vivier de voix précieux. Stéphane Baly a d’ailleurs demandé leur soutien dans une lettre ouverte. Il écrit : “Chère Elodie, cher Julien, [les deux co-têtes de la liste “Décidez Pour Lille”, ndlr.] qu’attendez-vous pour œuvrer, à nos côtés, au changement dont notre ville a tant besoin ?”.

Dans un communiqué adressé aux citoyens publié ce mercredi 24 juin, Julien Poix se désole des consignes de “votes barrages ou votes réflexes” données par d’autres candidats. Il demande à ses électeurs : “Exprimez-vous et décidez par vous-même.” Il encourage néanmoins les Lilloises et Lillois à aller voter dimanche, pour “[faire] entendre [leur] voix”. Par ailleurs, le candidat insoumis salue “la gestion de la crise correcte de Martine Aubry” et l’expertise certaine sur les questions environnementales, la question des énergies et des mobilités” de Stéphane Baly, sans pour autant donner de consigne de vote. In fine, l’insoumis renvoie dos-à-dos les deux candidats de gauche. Un statu quo qui pourrait davantage faire défaut à S. Baly qu’à M. Aubry, quand il s’agira d’aller grappiller des voix sur leur gauche. 

En revanche, ce qui fait consensus pour les listes de gauche, c’est qu’il ne faut pas voter pour “Faire Respirer Lille” qui représente le gouvernement au pouvoir. “Pas une voix ne doit aller à Violette Spillebout, la candidate du pouvoir en place” insiste Julien Poix. Il en est de même pour Béryl Benyoucef (Parti ouvrier indépendant démocratique), qui écrit dans un communiqué : “Pas une voix de travailleur ne doit aller à la liste Spillebout/Macron !”. Le candidat, qui refuse tout soutien pour les Verts, s’adresse ensuite à la maire sortante : “Si Martine Aubry veut mobiliser l’électorat ouvrier et populaire de Lille, Lomme et Hellemmes […], encore faudrait-il qu’elle prenne immédiatement et avant le 28 juin, les premières mesures qui inverseront la politique menée depuis des années.” Les listes à gauche de l’échiquier politique peinent donc à se rassembler derrière un candidat précis.

Quant à la liste “Lille animaliste” portée par Antoine Stathoulias, elle “ne donne pas de consigne de vote”. Néanmoins, elle propose un tableau comparatif des mesures relatives à la condition animale dans les trois programmes des prétendants à la mairie, et constate que “Martine Aubry se démarque par une quasi-indifférence à l’égard des animaux”. C’est Stéphane Baly qui arrive en tête de leur classement. Ce qui ne donne pas lieu pour autant à un ralliement officiel.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
2
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
  • Étudiante à l'Académie ESJ Lille et en licence LLCER Anglais. Rédactrice, cheffe de la rubrique Polichtique, relectrice permanente.

Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR